AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

do one thing every day that scares you ∞ ft. wren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
☇ HOW MANY LIES DID YOU TELL ? : 16
☇ COPYRIGHT : adawen
☇ MY FIRST DAY : 03/03/2013
☇ YOUR PARTNER IN CRIME : uc
☇ HOW OLD ARE YOU ? : 30
☇ OPEN/BUSY ? : Dispo pour un sujet
le vrai mystère du monde est le visible et non l'invisible.
MessageSujet: do one thing every day that scares you ∞ ft. wren Mer 7 Aoû - 16:08



Callie & Wren





Expose yourself to your deepest fear; after that, fear has no power, and the fear of freedom shrinks and vanishes. You are free.  ▬ Un contrôle technique. Voilà dans quoi Callie allait s’embarquée, par obligation évidemment. Elle n’avait pas la moindre envie d’y aller, n’étant pas très à l’aise derrière un volant. Comme la plupart des gens, elle avait eu son permis de conduire au lycée, à l’âge de seize ans. Elle avait roulé dans un vieille voiture d’occasion qui menaçait de tomber en panne tous les deux mètres jusqu’à l’obtention de son diplôme. Après ça, elle avait décidé de se passer de voiture. D’une part, puisqu’elle allait étudier à New York, ce ne serait pas le moyen de transport le plus pratique, et d’autre part, elle partait avec son petit-ami Scott, qui lui, avait décidé de garder sa voiture. Là-bas, tout ne s’était pas vraiment passé comme prévu entre eux. Si au lycée, Scott avait été le petit-ami parfait, il avait changé dès la rentrée universitaire. Très vite, il s’était davantage intéressé aux fêtes qu’aux cours. Au départ, Callie ne s’était pas vraiment alarmée de ce changement d’attitude. Elle avait mis ça sur le compte de la nouveauté, de l’excitation de cette toute nouvelle indépendance. Mais cette attitude avait perduré et elle avait dû se rendre à l’évidence, le jeune homme passait plus de temps à être ivre qu’à être sobre. Evidemment, les disputes s’étaient enchaînées entre eux, et la jeune femme ne le reconnaissait même plus. Il n’était plus ce garçon gentil et drôle qu’elle avait connu au lycée. Il était devenu agressif et égoïste. Un soir, ils étaient allés à une fête dans le New Jersey. Scott avait bien trop bu et lorsque la jolie brune avait voulu prendre le volant à sa place, ils s’étaient disputés. Impossible de lui faire entendre raison, il avait décidé de conduire. Elle avait passé la moitié du trajet crispé sur son siège en le voyant zigzaguer sur la route. L’accident avait été inévitable. Scott sans était tiré sans trop de mal, mais Callie avait été conduite à l’hôpital. Voilà d’où datait sa phobie des voitures. Elle arrivait à faire de courts trajets, sinon elle n’aurait pas repris de voiture, mais elle ne se sentait jamais à l’aise derrière le volant ou même sur le siège passager. Il n’y avait guère qu’avec Neal que ça allait puisqu’il lui inspirait une confiance inébranlable. Mais ce matin, Neal ne serait pas de la partie. Cet été, il avait multiplié les cours de basket avec les enfants qu’il entraînait pendant son temps libre. Tout comme elle, il était professeur à l’université, si bien que son été était complètement libre pour s’adonner à son autre passion. Il était déjà parti lorsqu’elle s’était réveillée. A vrai dire, elle savait parfaitement qu’elle aurait pu lui demander de l’accompagner au garage, il aurait certainement accepté. Mais elle trouvait cette phobie complètement ridicule. Son fiancé avait bien vu qu’elle n’en menait pas large en voiture, mais elle avait envie de se prouver qu’elle pouvait le faire sans problème.

Elle avait retardé au maximum le moment de partir. Elle avait traîné pour prendre son petit-déjeuner, puis dans la salle de bain. Mais le fait est qu’elle ne se préparait pas pour une grande soirée où elle devait être élégante au possible. Non, elle allait juste porter sa voiture au garage, alors elle n’avait pas vraiment besoin de se faire belle pour l’occasion. Un jean, un petit haut blanc et une paire de converses étaient suffisants. Elle avait passé un coup de brosse de ses cheveux bruns avant d’appliqué une touche de mascara sur ses cils. Autant dire que sa préparation n’avait pas été très longue. Elle avait donc dû se résoudre à se mettre en route pour le garage. Une fois derrière le volant, elle ne s’était pas sentie trop mal. A vrai dire, arrivée au premier feu rouge, elle se félicita de bien gérer la situation. Elle ne paniquait pas, elle se concentrait avec une attention maximale sur la route. Seulement voilà, alors qu’elle était à mi-chemin, arrêtée à un feu, elle eût l’impression de reconnaitre Scott. Sa carrure de footballer, ses cheveux bruns… C’était lui, n’est-ce pas ? Après leur séparation, il avait quitté New York pour rentrer à Charleston, alors sa présence ici ne serait guère improbable. Son cœur manqua un battement et son estomac se noua. En l’espace d’une seconde, elle eût la désagréable sensation d’être en train d’étouffer. Et le pire dans tout ça, c’est qu’elle n’était même pas certaine que c’était bien lui. Elle ne l’avait vu que de dos, et son imagination avait peut-être fait le reste. Après tout, elle y avait pensé avant de monter dans sa voiture. Scott état définitivement associé à sa phobie des automobiles, alors ce ne serait guère étonnant. Des coups de klaxons appuyés la firent démarrer d’un seul coup. Elle sentait qu’elle avait les mains terriblement moites sur son volant. Son cœur battait à vive allure et les nœuds dans son estomac s’était transformés en aiguilles. Elle était en pleine crise d’angoisse, et lorsqu’elle tourna dans le parking du garage, elle fut à deux doigts de rentrer dans une voiture, avant de parvenir à se garer n’importe comment. En sortant de la voiture, elle avait la bouche tellement sèche et des sueurs froides le long de sa colonne vertébrale. « Non, mais ça va pas, espèce de tarée ! » beugla le type d’une cinquantaine d’années à qui elle avait failli rentrer dedans. « Ah les bonnes femmes au volant ! » continua-t-il sur le même ton. Callie l’entendait à peine tant ses oreilles bourdonnait. Elle reconnut le propriétaire du garage avec qui elle avait pris rendez-vous, avant de faire un pas, puis deux, et d’être incapable de poursuivre. Elle sentit son estomac se retourner et de la bile monter dans sa gorge. Merveilleux ! Elle avait déjà l’impression de ne plus savoir où elle habitait, il fallait en plus qu’elle vomisse en public pendant qu’un type était en train de lui hurler dessus en la traitant de tous les noms d’oiseaux possibles !






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

do one thing every day that scares you ∞ ft. wren

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» hederian ▲ only one thing matters, we’re still here.
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.
» [RP Privé] i see thing that nobody else see
» So many thing to tell you ★ Calypso & Mathis
» Sweetest thing △ 17/05 | 14h05

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
50 things I'm hidding from you ::  Chucktown  :: More of town-